Prix Ouest-France Étonnants Voyageurs 2020 : Portez-vous candidats !

Vous avez entre 15 et 20 ans, vous aimez lire, découvrir, voyager, alors partez à l’aventure et devenez juré du Prix littéraire Ouest-France Etonnants Voyageurs 2020.
Vous aurez le privilège d’être invité à Saint-Malo pour le festival Étonnants Voyageurs où vous aurez la chance de rencontrer les auteurs du festival et les 5 lauréats que VOUS aurez choisis.

image


POUR CANDIDATER, RIEN DE PLUS SIMPLE !

Il vous suffit de remplir le formulaire présent avant le 2 mars 2020 sur le site de Ouest-France, accompagné d’une lettre de quinze lignes minimum exposant votre motivation : INSCRIPTION EN LIGNE POUR DEVENIR MEMBRE DU JURY

Vos candidatures seront étudiées par le comité de parrainage composé d’écrivains, de journalistes et de partenaires.
Nous attendons avec impatience votre candidature, et espérons vous retrouver à Saint-Malo pour cette expérience humaine et littéraire aussi particulière qu’extraordinaire.

À très bientôt !


CONDITIONS DE PARTICIPATION

> Avoir entre 15 et 20 ans
> Être personnellement motivé par l’aventure
> Aimer lire et le faire partager
> Être disponible aux rendez-vous suivants :

  • samedi 25 avril 2020 de 10h à 15h – Rennes
  • samedi 30 et dimanche 31 mai 2020 – Saint-Malo
    Ouest-France prendra en charge vos déplacements, votre hébergement et vos repas pour ces deux rendez-vous.
    > Les 10 livres vous seront envoyés par courrier pour lecture à partir du 11 mars 2020

Déroulement du prix

  • Dans un premier temps, un jury composé d’écrivains et de partenaires sélectionnera 10 romans de la rentrée littéraire de janvier 2020. Ces romans seront ensuite envoyés au jury de jeunes lecteurs chargé de déterminer le lauréat du Prix Ouest-France Etonnants Voyageurs 2020.
  • Une fois sélectionné(e), vous participerez aux délibérations le samedi 25 avril 2020 de 10h à 15h à Rennes, puis le dimanche 31 mai 2020 à Saint-Malo , lors du Festival Etonnants Voyageurs (30-31 mai et 1er juin 2020) en présence des membres du jury des écrivains.
  • Vous désignerez ainsi le lauréat du Prix littéraire du journal, parmi une sélection de 10 romans. (Les frais de déplacement et d’hébergement sont pris en charge par Ouest-France).

Alors, inscrivez-vous vite, tentez votre chance et lancez-vous dans cette belle aventure, et n’hésitez pas à en parler autour de vous, à vos amis et à vos professeurs qui pourraient être intéressés par cet événement.

À très bientôt !
Le Prix Ouest France Etonnants Voyageurs
Tout savoir sur le prix 2019.


Palmarès du Prix Ouest-France Étonnants Voyageurs
2019 Anaïs LLobet, Des hommes couleur de ciel (L’Observatoire)
2018 Ananda Devi, Manger l’autre (Grasset)
2017 Maryam Madjidi, Marx et la poupée (Le Nouvel Attila)
2016 Catherine Poulain Le Grand Marin (L’Olivier)
2015 Sylvain Coher Nord Nord-Ouest (Actes Sud)
2014 Lola Lafon La petite communiste qui ne souriait jamais (Acte Sud)
2013 Emmanuelle Bayamack-Tam Si tout n’a pas péri avec mon innocence (P.O.L)
2012 Libar Fofana L’étrange rêve d’une femme inachevée (Gallimard)
2011 Yahia Belaskri Si tu cherches la pluie elle vient d’en haut (Vents d’Ailleurs)
2010 Martin Page La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique (L’Olivier)
2009 Fabienne Juhel À l’angle du renard (Le Rouergue)
2008 Gilbert Gatore Le passé devant soi (Phébus).
2007 Carole Martinez Le cœur cousu (Gallimard)
2006 Olivier Maulin En attendant le roi du monde (L’Esprit des péninsules)
2005 Alain Mabanckou Verre Cassé (Le Seuil)

 

A ne pas manquer : l'exposition Genesis, de Sebastiao Salgado à La Sucrière

« Les photographies de Genesis aspirent à révéler cette beauté. L’exposition constitue un hommage à la fragilité d’une planète que nous avons tous le devoir de protéger. »

- Lélia Wanick Salgado, commissaire

https://www.expo-salgado.com/

Informations pratiques :

Horaires :
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Samedis et Dimanches & vacances scolaires de 10h à 19h

Fermeture les lundis hors vacances scolaires et le 1er mai
L’entrée se fait toutes les 30 min

Bus S1 – Arrêt La Sucrière

 

Tramway T1 – Arrêt Montrochet

FETE du LIVRE de BRON 12 au 16/02/2020 : c'est maintenant...

Vous êtes vraiment très occupés, l'examen blanc du baccalauréat approche pour les terminales, néanmoins, c'est l'heure du festival du livre de Bron et si vous y participez, vous ne le regretterez pas car vous enrichirez votre savoir en vous détendant. Veuillez trouver ci-dessous le programme : de nombreuses rencontres avec des auteurs. Il s'est donné comme champ d'exploration cette année le Réel et l'Enquête, au combien utiles, en questionnant au travers d'auteurs contemporains et de leurs œuvres "la capacité de la littérature à rendre compte du réel, qu’il soit historique, sociétal ou intime". Fête du livre de Bron, édition 2020. [en ligne] Disponible sur : https://www.fetedulivredebron.com/festival/programme
Ne manquez pas notamment à l'ouverture la présence Clotilde Courau. Lecture musicale : Espace Albert Camus Jeudi 13/02 à 20h30

Grand entretien : Hippodrome Lyon-Parilly

Salle des Parieurs

Conférence-débat "Question de société" : les restitutions d'oeuvres d'art par la France 13/12/2020, 18h30, Manufacture des Tabacs

Restitution oeuvres d'arthttps://bu.univ-lyon3.fr/conference-debat-question-de-societe-les-restitutions-d-oeuvres-d-art-par-la-france

Article de la BU de Lyon 3 :

"Aujourd’hui, selon les experts environ 90% du patrimoine artistique et culturel africain se trouverait en dehors du continent africain. Christine Ferrari Breeur évoque ce cas juridique complexe dans le cadre du « Rapport sur la restitution du patrimoine africain » commandé par Emmanuel Macron en 2017 et remis en novembre 2018.

Le 28 novembre 2017, le Président de la République alors en visite au Burkina Faso prononce un discours à l’université de Ouagadougou dans lequel il déclare : « le patrimoine africain ne peut pas être uniquement dans des collections privées et des musées européens. Le patrimoine africain doit être mis en valeur à Paris mais aussi à Dakar, à Lagos, à Cotonou, ce sera une de mes priorités. Je veux que d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique. »
Moins d’un an plus tard, Felwine Sarr, professeur à l’Université Gaston-Berger de Saint-Louis (Sénégal) et Bénédicte Savoy, titulaire d'une chaire internationale au Collège de France, chargés d’étudier l’épineuse question de restitution par la France du patrimoine culturel africain, ont remis leur rapport à Emmanuel Macron.
Le Président de la République a immédiatement réagi en décidant de rendre 26 œuvres, dont les statues royales d’Abomey, sollicitées par le gouvernement Béninois, trophées de guerres dérobés en 1892 et aujourd’hui propriété du musée du Quai Branly. C’était la première fois qu’une ancienne colonie formulait de manière officielle une telle requête à la France.

Dans ce cadre, la problématique générale développée par Christine Ferrari Breeur porte sur la question de la propriété des biens culturels. Si les personnes publiques françaises en sont propriétaires, ces biens peuvent alors être protégés par deux règles : l'inaliénabilité et l’imprescriptibilité qui empêchent toute vente du bien et ce, sans limitation de durée. L'enjeu est donc de savoir de quelle façon les œuvres composant les collections publiques sont entrées dans ces collections, de manière régulière ou non. D'où l'intérêt d'envisager deux situations : les biens culturels pillés ou spoliés.

La notion de spoliation renvoie, quant à elle, à la période de la seconde guerre mondiale.
En effet, la politique de spoliation des Juifs initiée par l’état allemand, fondée sur un dispositif légal, se généralise à partir de 1939. Elle est bientôt exportée dans les territoires occupés et adoptée par les régimes alliés au Reich, à l’instar de Vichy. L’État français en intègre dès 1940 les principes dans le cadre de sa politique antisémite. Il promulgue à cet effet un arsenal législatif spécifique visant à « éliminer toute influence juive dans l’économie nationale » (loi du 22 juillet 1941). Un pillage systématique du patrimoine artistique détenu par les Juifs est alors organisé en France.

En illustration, le visuel de tableaux retrouvés en 1945 dans le château Neuschwanstein en Autriche provenant des collections Rothschild-Stern, confisquées à Paris, qui avaient été rassemblées par Hermann Goring pour la constitution d'un musée particulier.
 

Jeudi 13 février 2020 - 18h30 en salle d'actualités de la bibliothèque universitaire | Manufacture des Tabacs

 

Christine Ferrari-Breeur a occupé différentes responsabilités administratives et scientifiques au sein de l’Université Jean-Moulin Lyon 3 et dans d’autres structures : Directrice adjointe de l'Institut Droit Art Culture (IDAC) depuis 2012 ; Membre fondateur et codirectrice scientifique de la Revue Juris Art etc. (chez Dalloz) depuis 2013. Bilingue, elle est depuis 2005 Professore a contratto au Département de Jurisprudence DE l'Université de Turin (Italie). Ses travaux en Droit administratif des biens portent essentiellement sur le Droit des biens mobiliers culturels, et notamment sur les questions relatives au droit national, comparé ou européen.

Entrée gratuite sur inscription préalable obligatoire"

Année 2020 de la bande dessinée : activités éducatives littéraires. Ressource Eduscol.

Année 2020 de la bande dessinée

Le ministre de la Culture a déclaré 2020 « Année nationale de la bande dessinée ».
Le ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse accompagne la promotion de cet art durant toute l'année, et des actions spécifiques sont prévues pour encourager la lecture et l'écrIture de BD auprès des élèves.

L'année de la BD « BD 2020 », lancée officiellement le 30 janvier 2020 lors du Festival de la bande dessinée d'Angoulême, s'inscrit pleinement dans la mobilisation pour le livre et la lecture.
Pour cette grande opération, le ministère de l'Éducation nationale s'associe au ministère de la Culture à travers des actions éducatives nationales destinées aux élèves et à leurs professeurs. L'objectif de cette mobilisation est de faire découvrir aux jeunes le 9ème art, développer leur goût pour la lecture, stimuler leur imagination et leur créativité et encourager la pratique du dessin à l'école.

C'est également l'occasion d'offrir aux professeurs un cadre privilégié pour mettre en œuvre et valoriser un ou des projets pluridisciplinaires, en associant par exemple le professeur d'arts plastiques et le professeur de français pour un travail autour de l'image et du processus de création littéraire.

Elèves concernés

Les élèves des écoles, collèges et lycées publics et privés sous contrat, de France métropolitaine et d'outre-mer.

Objectifs pédagogiques

  • Encourager la lecture et l'écriture de bande dessinée par les élèves ;
  • Favoriser la pratique des arts plastiques ;
  • S'approprier les codes et les règles de la bande dessinée ;
  • Développer la créativité et stimuler l'imagination des élèves ;
  • Mettre en valeur leur potentiel créatif.

Actions éducatives

...

Le « concours de la BD scolaire »

Organisé chaque année depuis 47 ans par le Festival International de la bande dessinée d'Angoulême, le concours de la BD scolaire est ouvert à tous les élèves de la grande section de la maternelle à la terminale. Il consiste à réaliser une bande dessinée dont le thème est libre.
Les meilleures bandes dessinées par tranche d'âge présélectionnées sont distinguées par un Petit Fauve d'Or, d'Argent ou de Bronze. La date limite de participation est fixée au 3 mars 2020. Plus d'informations sur www.bdangouleme.com rubrique «Concours».

Le « Fauve des lycéens »

La création d'un « Fauve des lycéens », nouveau prix littéraire crée en partenariat avec les librairies Cultura, sera remis pas un jury de lycéens à la meilleure BD de l'année, pour la première fois en janvier 2021 lors du Festival d'Angoulême.

Le concours « Bulles de mémoire »

L'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) propose aux élèves de collège et de lycée de participer à un concours de bande dessinée Bulles de mémoire et de réfléchir sur l'héritage des grands conflits du XXe siècle. La date limite d'envoi des BD est fixée au 30 mars 2020.

Résidences d'auteurs de bande dessinée
Elles sont organisées dans les écoles, collèges et lycées durant l'année scolaire 2020-2021, en lien avec le Centre national du livre (CNL).

Répondre à l'appel à candidature → Ouverture dans le courant du mois de février 2020.


 https://eduscol.education.fr/pid37501-cid148893/annee-2020-de-la-bd.html

 

Article Géo : En Grèce, les enfants de la Shoah sortent du silence

https://www.geo.fr/histoire/en-grece-les-enfants-de-la-shoah-sortent-du-silence-199643#utm_source=Welcoming&utm_medium=cpc&utm_campaign=emailwelcoming

En Grèce, où la population juive a été décimée dans les camps, Nina et Lola sortent du silence 75 ans après la libération d'Auschwitz. Elles avaient peu osé prendre la parole jusqu'à présent, n'étant que des enfants à l'époque. Mais elles estiment "devoir désormais transmettre leur histoire aux jeunes générations".

"J'ai fêté mes sept ans dans le camp de Bergen-Belsen avec un morceau de pain et des bâtons de bois en guise de bougies", raconte Lola Angel, 83 ans, une des rares personnes en Grèce à pouvoir encore témoigner de l'horreur des camps de la mort.

"Je n'avais que trois ans quand j'ai dû me cacher (pour éviter la déportation) mais je me souviens de cette peur continue d'être démasquée par les nazis", confie à l'AFP sa compatriote Nina Camhi, 80 ans.

En Grèce, où la population juive a été décimée dans les camps, Nina et Lola sortent du silence 75 ans après la libération d'Auschwitz.

Elles avaient peu osé prendre la parole jusqu'à présent, n'étant que des enfants à l'époque. Mais elles estiment "devoir désormais transmettre leur histoire aux jeunes générations".

En Grèce, peu sont revenus des camps de la mort, exterminés ou expatriés à la fin de la guerre. Environ 58 600 Juifs grecs ont été exterminés, soit "83% de la population juive, un des taux les plus élevés en Europe", explique Odette Varon-Vassard, auteure du livre Des Séfarades aux Juifs grecs. Histoire, mémoire et identité.

Seuls "10 à 12.000 Juifs ont été sauvés en Grèce". Mais "la moitié a quitté le pays dans les années suivant la guerre vers le nouvel Etat d'Israël et les Etats-Unis entre autres, en raison notamment de la guerre civile grecque (1946-1949), des difficiles conditions du retour et de l'attrait qu'exerçait Israël", précise l'historienne. Un exil qui a compliqué le travail de mémoire en Grèce.

"Les odeurs du camp"

"Je n'étais qu'une enfant mais je n'ai rien oublié, encore maintenant les souvenirs me hantent, les odeurs intenses du camp me sont restées", confie Lola aux yeux bleus embués.

En janvier 1941, sa famille a quitté Thessalonique, connue alors pour être la Jérusalem des Balkans, pour s'installer à Athènes. "Puis, un jour, les Allemands ont débarqué dans notre petit appartement du centre d'Athènes", se remémore Lola.

En avril 1944, la fillette et ses parents embarquent dans un train bondé vers une destination inconnue : "Nous étions les uns sur les autres, nous avions du mal à respirer, beaucoup sont morts pendant le trajet."

"A Bergen-Belsen, ce n'était pas la mort dans les chambres à gaz mais une mort lente par la maladie. (...) Après le débarquement en Normandie, les nazis y transportaient tout le monde en espérant qu'ils meurent du typhus", commente Lola, dans son appartement athénien tapissé de photos de survivants et de disparus.

Elle a tenu le coup grâce à ses distractions d'enfant : "J'ai gardé ma poupée jusqu'à mon retour en Grèce et ma mère, tous les matins, m'attachait mon nœud dans les cheveux."

Cachée à Skopelos

Nina n'avait que 3 ans quand elle s'échappe de Thessalonique avec ses parents et son frère, à pied et à dos d'âne. Pour échapper aux premiers convois pour Auschwitz qui partent de cette ville du nord de la Grèce à partir du 15 mars 1943.

"Cela tient du miracle que nous ayons pu être sauvés mais, surtout, à l'action de personnes qui ont pris des risques pour nous cacher", confie-t-elle.

Un fournisseur d'huile d'olive de son père, producteur de savon, propose de les emmener sur son île de Skopelos. "En pleine nuit, un bateau de pêcheurs est venu nous chercher et nous avons navigué jusqu'au village de Glossa à Skopelos", où la famille est restée cachée.

Mais toute la lignée maternelle de Nina a péri à Auschwitz : "Ma mère avait conservé leurs derniers échanges épistolaires juste avant qu'ils ne soient déportés. Je les ai retrouvés dans une malle à sa mort. Après la guerre, elle s'était murée dans un silence de douleur."

"Tout recommencer à zéro"

A la libération du camp de Bergen-Belsen en avril 1945, Lola est transportée en train vers le nord de l'Allemagne, dans une ultime tentative des nazis d'exterminer les derniers survivants du camp avant l'arrivée des alliés. Lola et les autres passagers ont été retrouvés au milieu de nulle part, affamés, par des soldats américains.

Allemagne, Pays-Bas, Belgique, France, Italie, l'enfant et ses parents finissent par débarquer au port du Pirée en septembre 1945. Elle avait oublié le grec, ses parents avaient perdu leurs biens : "Nous devions tout recommencer à zéro."

Elle ne s'est jamais vraiment remise. "Encore maintenant, j'ai des cauchemars et des phobies. Je ne monte que très difficilement dans un train."

Pour Nina et les siens, retourner à Thessalonique en 1945 a été synonyme de douleur : "A chaque coin de rue, nous revoyions les fantômes des familles juives disparues."

 

Festival Greenpeace de cinéma

Un documentaire est un support de réflexion, de discussion qui peuvent avoir des répercussions sur les comportements.

Le Greenpeace Film Festival est né du besoin de mieux comprendre les enjeux environnementaux de notre époque et découvrir des moyens d’agir.
Du 13 au 27 janvier 2020, regardez gratuitement les 15 films en compétition, et votez pour votre documentaire préféré. À l’issue du festival, le Prix du Public récompensera le film ayant reçu le plus de votes, qui sera ensuite diffusé dans plusieurs villes françaises.

Visionnez. Votez. Agissez. 15 jours, 15 films, 100% en ligne.

Agathe FAVRAY, professeure documentaliste

 

Libération des camps : 75 ans après, comment ne pas oublier ?

Libération des camps, 75 ans après, comment ne pas oublier ?

A écouter sur France Culture :

Comment faire mémoire d’un événement dont les survivants disparaissent peu à peu ? A l'occasion de la journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste et du 75ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau, rendez-vous avec David Teboul et Ruth Zylberman.

En ce 75ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, alors que le cinquième Forum international sur la Shoah qui s’est tenu le 23 janvier était délocalisé d’Auschwitz à Yad Vashem et que le président polonais Andrzej Duda déclinait l’invitation pour cause de conflit mémoriel avec son homologue russe Vladimir Poutine, les questions autour de la mémoire et de sa sauvegarde sont toujours d’actualité. Car comment faire mémoire d’un événement dont les survivants disparaissent peu à peu ?  Les politiques nationales mémorielles suffisent-elles à relayer la parole de ceux qui ont vécu les faits ? Faut-il trouver de nouvelles formes mémorielles, adaptées à notre époque?

Je suis très rétive face aux expressions "devoir de mémoire"ou "devoir de transmettre", qui ne parlent pas de quelque chose de très vivant, qui n’est pas simplement un regard tourné vers le passé et la répétition.            
(David Teboul)

Faire attention au choix des mots… La mémoire se transmet, mais pas à n’importe quel prix.  
(David Teboul)

Rechercher une voix sans le filtre des lieux communs de la commémoration.    
(David Teboul)

Pour en parler, David Teboul, cinéaste, photographe et vidéaste, qui a recueilli les propos de Simone Veil autour de son expérience au camp de Birkenau et qui les a rassemblés dans un livre paru en janvier 2019 aux arènes, L’aube à Birkenau de Simone Veil.  Lui qui a été marqué très jeune par cette figure emblématique du combat pour la reconnaissance du génocide et, plus tard, pour la place des femmes dans la société, nous parle de sa rencontre avec elle lorsqu’il avait trente ans. Un échange que Simone Veil avait d’abord refusé par téléphone, et qui s’est finalement soldé par une amitié de quinze ans. 

Je lui ait tout de suite parlé de son chignon, et je ne savais pas à ce moment-là que j’allais déclencher un récit très insolite. Simone faisait partie d'un des rares convois à ne pas avoir été rasé.          
(David Teboul)

Dans L’aube à Birkenau de Simone Veil, elle revient sur sa vie avant la déportation, sur son expérience à Auschwitz-Birkenau, aux côtés de sa sœur Milou et de sa mère, à qui elle rend hommage pour son courage, et sur l’après : la reconstruction, les combats politiques qu’elle a menés en faveur des femmes détenues ou de l’IVG…

Une expérience de rescapée que l’on pourrait relier à celle des habitants du 209 rue Saint-Maur, cet immeuble du XXème arrondissement parisien, et en particulier des neuf enfants juifs qui y vivaient lors de la rafle du Vél’d’Hiv (16 juillet 1942). Ils constituent le cœur du documentaire de Ruth Zylberman, notre deuxième invité :  Les Enfants du 209, rue Saint-Maur, Paris Xe (2017), un film couronné de nombreux prix - rediffusé ce soir sur Arte,- que prolonge la publication aux éditions Seuil et chez Arte du livre 209 rue Saint-Maur, Paris Xe : autobiographie d'un immeuble

Qui pourrait prétendre reconstituer de façon exhaustive le passé ? Le passé est un puzzle fait de trous, de béances...        
(Ruth Zylberman)

Dans cette enquête alliant recherche et travail de terrain (chez l’habitant, dans les caves de l’immeuble, dans le quartier…), l’auteure reconstitue les pièces d’un puzzle qui part de ces mystérieux noms d’enfants et qui reconstitue progressivement des histoires individuelles autant que familiales, dans un entrelacs qui mêle temps et espace, histoire intime de l’auteure, dont la propre famille a connu la déportation, micro histoires et Histoire. 

Un équilibre de mémoire aussi fondé sur l’oubli, et qui a un sens de protection.  
(Ruth Zylberman)

Autant d'oeuvres qui valorisent et interrogent la mémoire des rescapés, dans la conscience des impasses du souvenir et de l'urgence d'en garder la flamme.

On a l’âge de son trauma. Moi, mon trauma, c’est Birkenau, et j’avais 15 ans.    
(Marceline Loridan-Ivens, amie de déportation de Simone Veil)

A retrouver ce soir sur la scène du théâtre Antoine, le texte de Simone Veil, l'aube à Birkenau, mis en scène par David Teboul, qui donne forme aux mots de Simone Veil dans une représentation exclusive.

 

Concours de nouvelles 2020 : "Demain, le monde" avec Ananda Devi

Étonnants Voyageursimage

Tu as entre 11 et 18 ans ? Tu aimes écrire et tu rêves d’être publié.e ? Participe au grand concours de nouvelles présidé par l’écrivaine Ananda Devi en écrivant une suite de 2 à 4 pages à l’un de ses deux sujets.

Dans le cadre de la 31e édition du Festival international du livre et du film Saint-Malo Étonnants Voyageurs qui se déroulera du 30 mai au 1 juin 2020, un concours national d’écriture de nouvelles est organisé pour les jeunes de 11 à 18 ans résidant en France Métropolitaine et dans les DOM et TOM.

D’ampleur nationale, ce concours individuel d’écriture de nouvelles est organisé en partenariat avec la MGEN, bénéficie de l’agrément du Ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse et du soutien de Gallimard Jeunesse.

https://www.etonnants-voyageurs.com/spip.php?article24818

 

 

PROGRAMME du festival du COURT FRANCOPHONE de VAULX EN VELIN du 17 au 25 janvier 2020.

https://www.unpoingcestcourt.com/wp-content/uploads/cropped-FFCF-Un-poing-cest-court-2020-1.jpg

Festival Cinéma Un point c'est court 2020

AVIS aux enseignants : le programme et la fiche d'inscription sont disponibles sur demande auprès de la documentation (y compris par courriel).

Association du Festival du film court francophone de Vaulx-en-Velin
Espace Carco - 20 rue Robert Desnos
69120 Vaulx-en-Velin
+ 33 (0)7 83 34 61 91 + 33 (0)9 52 90 42 75
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


PROGRAMME LYCÉE
du lundi 20 au vendredi 24 janvier 2020

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.